06 12 04 99 76

Georges Robatel, Naturopathe Paris

Top

Mes 4 axes pour aborder les troubles du sommeil en tant que naturopathe

On trouve beaucoup de conseils sur le net pour améliorer le sommeil, mais faute d’en comprendre la logique générale est-on motivé pour faire les changements nécessaires ?

  • Le sommeil est un élément fondamental pour être en bonne santé et donc est un des sujets importants que l’on aborde en naturopathie. Aujourd’hui, il s’avère que les troubles du sommeil sont un problème général de nos sociétés modernes. Pour situer les choses, en moyenne en France on dort 1 heure et demi de moins qu’il y a 50 ans. En fait, on dort moins de 7 heures par nuit (6 heures et 45 minutes, week-end inclus), alors qu’on estime les besoins entre 7 heures et demi 8 heures en moyenne pour un adulte. De plus, une personne sur trois est concernée par des troubles du sommeil. Et enfin, 10 millions de français prennent des somnifères (dont 65% sont des femmes), ce qui place la France au 2ème rang européen.
  • Or le sommeil est fondamental tant au niveau physique qu’au niveau psychique. Un bon sommeil nous met dans les meilleures conditions pour assumer toutes les tâches de la journée. Mais dès qu’il est perturbé cela se ressent sur les performances, sur l’équilibre psychologique ou bien tout bonnement sur les activités que l’on est capable de faire ou de ne pas faire.
  • Mais voilà, notre mode de vie a bien changé récemment et on peut dire qu’il y a été incroyablement accéléré. On vit aujourd’hui dans un monde où l’on est en permanence obligé de jongler avec les contraintes professionnelles (les horaires de début et de fin de travail, le temps du trajet, le stress au travail), les contraintes familiales (les jeunes enfants, la vie de famille). On est aussi constamment stimulé, notamment avec la présence des écrans, ce qui conduit à moins s’arrêter, moins faire de pauses pour être en permanence connecté au monde et finalement perdre un peu conscience qu’il faut prendre le temps de se reposer… Donc tout ceci rend ce sommeil compliqué, même si bien-sûr il peut y avoir d’autres causes spécifiques aux problèmes de sommeil, notamment des problèmes de santé qu’il faut prendre en charge évidemment (jambes sans repos, apnée du sommeil, dépression, douleurs etc.).
  • Quand on est concerné par ces troubles, le premier réflexe est souvent de se tourner vers internet à la recherche de solutions. On va alors y trouver une multitude de sites prodiguant des listes de conseils souvent très longues et dont on ne comprend pas toujours le sens ni ne sait lesquels sont les plus importants à suivre. Résultat : on va avoir tendance à ne pas les appliquer et à baisser les bras. C’est pourquoi mon approche en tant que naturopathe se veut différente. Il s’agit d’une approche pédagogique afin de faire comprendre la logique générale et de donner du sens aux solutions à mettre en place. En l’occurrence, je m’appuie sur les 4 axes suivants.

1er axe : transmettre les notions clefs sur le fonctionnement du sommeil

  • Pour pouvoir améliorer son sommeil, il faut d’abord comprendre comment il fonctionne. C’est le sens de cette approche pédagogique où les principales clefs du sommeil sont transmises.
  • Il s’agit de :
    • Comprendre les notions de cycles et de stades.
    • Connaître les différences entre les sommeils profond, léger et paradoxal.
    • Prendre conscience qu’on est tous différents en matière de sommeil (c’est le « chronotype ») et que cela peut avoir des répercutions en termes d’organisation personnelle (petit vs grand dormeur ; couche-tôt vs couche-tard).
    • Connaître les facteurs importants qui agissent sur le sommeil : notions d’horloge interne, de rythme circadien, de mélatonine et importance de la lumière, de la température corporelle.

 

2ème axe : expliquer comment on crée les conditions favorables au sommeil (bien en amont du coucher)

  • Pour créer les conditions favorables au sommeil, il y a un travail à faire bien en amont du coucher, car il faut « préparer l’organisme » en quelque sorte. Alors comment fait-on ? Il y a 2 parties complémentaires. D’abord, la connaissance des informations de base ci-dessus permet d’organiser ses habitudes de vie pour améliorer naturellement le sommeil. Un certain nombre d’attitudes est nécessaire pour mettre toutes les chances de son côté. On peut ainsi jouer sur :
    • L’exposition à la lumière.
    • L’environnement du sommeil.
    • La régularité des horaires du coucher et du lever.
    • L’alimentation (facteur capital).
    • L’exercice physique (lequel ? à quel moment de la journée ?).
    • La consommation d’excitants.
  • Ensuite, l’autre chose fondamentale, c’est d’apprendre à bien se connaître. En effet, pour retrouver le sommeil, il faut que l’organisme respecte ses propres lois qui le régissent car on est tous différents. Il faut ainsi arriver à déterminer notamment :
    • A quelle heure démarre son premier cycle de sommeil ?
    • Quels sont les signaux que le corps nous envoie pour le repérer ?
    • Quelle est la durée de ses cycles ?

Ces questions sont clefs, car quand on en a les réponses, alors le sommeil est grandement facilité.

 

3ème axe : expliquer comment organiser sa soirée

  • Après avoir réussi créer les conditions favorables en amont du coucher, il s’agit maintenant de l’organisation de la soirée proprement dite. Et Il y a 3 éléments importants à avoir en tête.
  • D’abord premier point, il faut bien prendre conscience le fait que l’organisation de la soirée doit se caler en fonction de l’heure précise à laquelle démarrent les cycles de sommeil. En effet, l’organisme est programmé pour s’endormir à une certaine heure et pas avant ni après. C’est donc l’heure d’arrivée des cycles qui doit servir de repère aux différentes activités de soirée.
  • Ensuite, justement, quelles activités peut-on faire en soirée ? Le sommeil ne pouvant arriver que dans un corps et un esprit au repos, il s’agit alors de faire retomber les tensions, ce qui suppose de se poser les questions suivantes :
    • Quelles activités à réaliser pour y parvenir et quelles sont celles à éviter ?
    • Combien de temps doit-on y consacrer ?
    • Dans quelles conditions réaliser cette mise au repos de l’organisme ?
    • Comment faire pour refermer sa journée ?
  • Enfin, il est aussi utile de préparer quoi faire au moment précis de se coucher, car c’est un moment particulier où des angoisses peuvent ressurgir.

 

4ème axe : savoir ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand le sommeil ne vient pas

  • C’est là une problématique aussi importante que les autres mais que bien des gens ont pourtant tendance à négliger. Or l’enjeu ici est de faire en sorte que les problèmes de sommeil ne deviennent pas une obsession.
  • Bien maîtriser cette question va permettre de :
    • Ne pas gamberger en espérant vainement que le sommeil arrive.
    • Ne pas perturber encore plus son sommeil.
    • Adapter ses activités en journée afin de récupérer de l’énergie et ne pas dramatiser la situation.
    • Rattraper son retard de sommeil afin de limiter l’impact sur l’organisme.

 

Conclusion : les troubles de sommeil nécessitent une approche pédagogique, complète et adaptée à chaque personne

  • Pour aider à retrouver le sommeil, je m’appuie sur les fondamentaux d’hygiène de vie qui permettent de retrouver le fonctionnement physiologique de l’organisme, ainsi que sur certaines plantes ou compléments alimentaires si besoin. C’est une approche qui est vraiment complète, naturelle et qui a fait ses preuves.
  • Comme elle touche beaucoup d’aspects du mode de vie, elle doit à la fois être individualisée et se mettre en place petit à petit, c’est pourquoi je suis là pour accompagner tout au long de ce travail.
  • Vouloir améliorer son sommeil, tout comme sa santé en général, demande certes une participation active, mais cela en vaut particulièrement le coup : quand on réussit à gagner ne serait-ce qu’un peu de sommeil, alors on bénéficie de ses bienfaits sur la santé et de son effet de « bouclier anti-stress ».

 

Georges Robatel